Métavers

L'ancêtre du Métavers date de 1997 et était français !

metavers💡 Bien avant le 1er métavers commercialisé à grande échelle ("Second Life" en 2003), le 1er métavers jamais réalisé datait de 1997 et était français.

Le concept de hashtagMétavers semble nouveau mais, il y a plus de 20 ans, Canal+ lançait "le Deuxième Monde", le 1er logiciel (et non un jeu) d'immersion dans une réalité virtuelle développé par Cryo Interactive. Cette entreprise française était, à l'époque, un des leaders mondiaux de création de jeux vidéo et de CDRom. Elle a disparu en 2002.

👏 Le Deuxième Monde présentait une reproduction aussi fidèle que possible (rendu très convaincant pour l'époque) de la ville de Paris et dans laquelle les "bimondiens" pouvaient discuter, interagir, acheter un logement...

Les utilisateurs, à travers leur avatar respectif, pouvaient se déplacer/interagir dans la ville virtuelle, et accéder également à des boutiques entièrement personnalisées pour des marques (espaces vendus par la régie publicitaire Numériland). Un logiciel (Avatar Studio), distribué gratuitement, permettait aux utilisateurs de créer l'avatar de leur choix, créant ainsi une véritable communauté virtuelle.

La plupart des services que l'on découvre dans le métavers aujourd'hui étaient déjà là ! Initialement proposé sur CD-ROM payant (les temps de téléchargement étant à l'époque rédhibitoires), le jeu a ensuite été converti en VRML à la fin de 1998.

 

À cette époque, le Deuxième Monde représente donc une innovation révolutionnaire avec peu d'équivalents dans le monde, se positionnant comme un précurseur de Second Life et l'un des premiers métavers.

A cette époque, j'étais consultant à la Direction de la Recherche de la SNCF. L'engouement public pour le Deuxième Monde était tel que nous avions décidé de mettre en place une boutique SNCF dans une gare virtuelle.

🤔 Mais en 1997, la France (bien que pionnière) ne compte que quelques dizaines de milliers d'internautes et les connexions RTC coûtent chères.

Trop en avance sur son temps, le projet est un échec commercial et est finalement abandonné en 2001.

Un peu comme pour le concorde ou le minitel, cette aventure montre que les designers/ingénieurs Français sont souvent les premiers a avoir de très bonnes idées, mais qu'elles sont difficiles à pérenniser car trop en avance sur leur temps !

Autres articles

Nous utilisons des cookies dans le seul but d'améliorer les performances d'affichage de ce site.
Le fait d'accepter leur utilisation, ci-contre, vous permettra donc de bénéficier d'une meilleure expérience utilisateur.